Notre Histoire

A la fin  1983 un groupe de chrétiens a pris conscience de la situation dramatique des SDF à Versailles et,  faute de soutien  des ONG existantes, a monté en quelques semaines un hébergement nocturne d’une vingtaine de lits.

 

Au cours des années suivantes nos fondateurs ont réalisé que « plus que de froid et de faim, c’est de manque d’amour, de manque d’être regardé que l’on meurt encore aujourd’hui à Versailles » Ce constat a amené à monter dans les années 90 de nouvelles actions (Bethel, présence dans la rue, accueil de jour) et à abandonner à d’autres organismes plus professionnels un hébergement nocturne jugé moins porteur de liens et qui par ailleurs ne pouvait plus suffire à une population errante qui commençait à beaucoup croître.

 

C’est également à cette période que l’association a commencé à s’adjoindre des salariés pour agir avec plus de compétence et de façon plus continue, et par conséquent à devoir recourir aux subventions publiques pour couvrir une grande partie de ses frais.

 

Dans les années 2000 nous avons pu mener  quelques actions innovantes (la création d’un accueil de jour pour femmes avec le Secours Catholique, l’organisation d’une activité d’aide à l’emménagement, l’essaimage d’une association de médecins) mais surtout du répondre à  l’explosion du nombre de personnes accueillies (en une décennie, la fréquentation quotidienne de l’accueil de jour est passée d’une quinzaine à une centaine de personnes !)

 

Enfin, tout récemment, nous nous sommes engagés dans le soutien psychologique puis dans un accompagnement social structuré de personnes en grande difficulté (ce que nous ne faisions jusqu’alors que pour les pensionnaires de la maison du Bethel)

 

Cette évolution de l’association s’est traduite successivement dans nos textes directeurs par :

 

L'objet social daté de 1984 et figurant toujours dans nos statuts: « accueillir pour un temps limité les personnes en difficulté »

 

Un document de 1997 dénommé « Charte » d’inspiration très chrétienne marquait déjà la priorité à donner à des relations interpersonnelles durables allant jusqu’à l’amitié, jugées essentielles pour permettre aux personnes que nous rencontrons de retrouver une fierté que la galère, mais aussi l’assistanat contribuent à écraser.

 

Le projet associatif de 2003 insiste sur ce point en invitant à reconnaître dans l’autre un égal  auquel nous avons à apporter mais dont nous avons aussi à recevoir. La référence chrétienne a été remplacée ou plutôt élargie par l’affirmation du droit de chacun, accueilli ou accueillant  de vivre et d’exprimer sa spiritualité pourvu que ce soit dans le respect total de celle des autres. Ce projet introduisait aussi l’ambition de changer le regard de nos concitoyens versaillais sur l’exclusion.

 

 

 

 

L'action menée par l'association s'articule aujourd'hui autour de 3 points essentiels:

 

Faire vivre des lieux ou des occasions de rencontre et de lien entre les citoyens ordinaires et les "personnes de la rue". Nous souhaitons ainsi:

 

  • Rompre l'isolement de ces personnes en accueillant sans préalable tous ceux qui se présentent.
  • Les voir comme des égaux, reconnaître leur valeur, leur apporter notre estime...
  • Vivre ensemble de bons moments, donc constater que le bonheur peut exister.
  • Assurer un point de stabilité dans des vies qui en manquent.

 

Inciter sans aucune pression et sans aucune précipitation les errants à retrouver plus d’avenir en valorisant leurs projets même très modestes, puis s’ils le souhaitent en les accompagnant à leur rythme dans ces projets.

 

Apporter à ces personnes une aide matérielle et sociale suffisante pour rendre nos lieux d’accueil attirants et surtout pour permettre à nos hôtes de retrouver le minimum de bien-être et de dignité sans lesquels il serait difficile d’établir des liens fructueux.